Test

J’ai testé le sandbag Epic Fitness

Tandis que le confinement se poursuit, la situation se traduit par plusieurs symptômes :

  • tu as envie de buter tes voisins et de te faire un masque avec la peau de leur visage.
  • tu es cruellement en manque de magnésie donc tu utilisais de la farine en guise de palliatif. Sauf que, à cause de tous les abrutis qui se sont découverts une vocation de boulanger, la farine est introuvable. Tu as donc tenté avec du sucre glace mais ton séjour colle plus qu’après un week-end de tournage Marc Dorcel dans une villa du Lavandou.
  • tu as failli exploser les économies d’une vie pour acheter un bike-erg, des kettle ou un rack. Mais comme tu as trop attendu, tous les équipementiers sont en rupture de stock. Moralité, tu conserves la boîte crânienne de ton voisin pour faire des swings.
  • le reste du temps, tu t’entraînes avec ton vieux Eastpak, encore décoré de feuilles de cannabis dessinées au Bic quatre couleurs et d’odes à Elodie, ton crush en 1ère ES.
  • tu maudis ta mère d’avoir jeté ton vieux ballon de basket car, avec un peu de sable du bac des gosses, ça aurait fait un bon vieux wallball de viking.

Bref, ton cerveau est en surchauffe, ton corps en sous-régime, tu cherches toutes les opportunités de woder mais tu as aussi envie de céder à l’appel de la réédition des Figolus.

Sauf que j’ai une super nouvelle (non, si j’habite au Havre, je n’ai pas la ligne directe du Premier Ministre et je ne sais pas quand les boxs vont ouvrir) : il existe des équipementiers qui proposent encore du matos pour s’entraîner et, cerise sur le masque de protection, ils proposent de quoi s’amuser comme un gosse de 5 ans stone à la barbapapa dans les autotamponneuses.

Parmi eux, un petit nouveau, découvert en début d’année. Une marque située dans la région magique de La Fraiseraie, du fromage du curé et des biscuits Saint Michel : la nantaise Epic Fitness.
Je ne sais pas trop si Romain, le créateur de la marque, se rêvait en conducteur de monster truck ou a tenté de terroriser ses cousins en jouant au dodge-ball dans son enfance, mais Epic Fitness, c’est un peu le fils illégitime d’un champion de strongman et du roi de la literie. Il y a du lourd – littéralement – ainsi que tout un paquet d’agrès pour jouer les membres d’une troupe d’acrobates biélorusses dans ton deux pièces (on espère que tu n’as pas trop de meubles quand même)…ou à la box, le jour où nous pourrons y retourner afin de transformer nos genoux en réceptacles à hématomes. C’est un peu le fantasme de toutes les marmules qui se rêvent en petits chats qui font des cabrioles, et inversement. La marque propose donc des tapis de gym, des plans inclinés pour faire du handstand walk, des parallettes de trois diamètres différents (sur un seul agrès), des worms (oui !! des worms !! Y compris les versions pour deux athlètes, en mode Tinder du WOD), …

De mon côté, j’ai eu la chance de tester un joujou qui me colle de bonnes vieilles cartouches en ces temps de confinement : le sandbag. Si j’en possède d’autres marques, celui que m’a fait parvenir Epic Fitness est plus lourd : 30 kilos au compteur. Bref, un peu comme si tu pouvais torturer ton petit voisin du dessus, histoire de le faire payer de se prendre pour Usain Bolt. Or, il faut savoir que le format « Enfant gigoteur » (30 kilos donc) est le poids le plus light, il a été conçu pour torturer tous les pratiquants, quel que soit leur niveau. Si tu veux tester la solidité de ton plancher pelvien, sache que la famille compte aussi des membres affichant 45, 70 ou 90 kilos au compteur.

L’animal est arrivé bien vite dans son petit colis. Il était encore en hibernation, aussi triste et vide qu’un vieux néné avant une opération en Tunisie suivie par les équipes de NRJ12. Bah oui, histoire de ne pas couter le prix d’un litre de gel hydroalcoolique au marché noir, le sandbag est envoyé sans les œufs de Pâques à l’intérieur. Il faut donc accompagner l’achat d’un voyage chez le Mage Merlin ou flinguer l’espace de jeu des mouflets. Et pour l’instant BFM Eco, sache qu’une trentaine de kilos de sable, ça coûte moins cher qu’un numéro d’Auto-Moto. En plus, tu peux acheter plus de sable que prévu pour faire du ciment afin de dissimuler les preuves du meurtre de tes voisins. Mais ne dis pas que l’idée vient de moi. Ensuite, c’est aussi simple de se prendre un wallball sur le coin du nez : tu soulèves le scratch, tu ouvres le zip et tu balances le sable à l’intérieur. Et oui, si comme moi, tu as quelques inquiétudes, je te confirme : malgré sa petite taille, le sandbag permet bien de loger 30 kilos de sable. Ah oui, astuce du chef : si tu peux, évite le sable trop humide. Premièrement, ça rend le sandbag plus compact. Deuxièmement, l’humidité finit par ressortir contre/sur la surface où tu stockes ton sandbag. Le mur de la salle à manger par exemple. Mauvaise idée.

Dans les faits, le sandbag est clairement un objet de torture très (trop?) polyvalent. Tu peux juste tenter de perdre toute la raison qu’il te reste en l’intégrant à tes WODs. Non seulement, tu peux te la jouer Eddie Hall du pauvre et faire du strongman tout en regardant l’émission de Cyril Lignac, mais c’est aussi l’occasion de découvrir la joie de le tenir en statique, faire des goblet squats ou encore des lunges avec. Bref, ton imagination…et le fait de vivre en appartement ou non…sont les seules limites à l’exploitation de l’animal à son plein potentiel. Et comme il est bien compliqué à tenir, il te fusille le grip en moins de temps qu’il ne faut pour dire « Fran ». C’est aussi un moyen fascinant de découvrir que tu devrais faire encore plus de yoga car ton gainage flirte vite avec le Flamby (du moins, c’est la conclusion que j’en ai tiré). Le barbu lui-même a eu l’insigne honneur de tâter du sandbag et il n’a pas trop aimé.

Ce qui signifie que c’est vite brutal, ça tire sur les cuisses, ça flingue le cardio et rapidement, tu finis dans le même état qu’un labrador sable qui tente de courser une serviette en papier sur la plage du Havre (métaphore vaguement pré-confinement puisque toutes les plages sont interdites de séjour). Bref, hyper polyvalent, le strong bag permet de bosser la force et la puissance de ton petit corps autant que ton cardio (ce qui n’est pas toujours du luxe en ces temps de tartiflettisation intensive). Par ailleurs, niveau robustesse, il est plus solide que ma motivation actuelle (facile !!) et résiste à des lancers d’une hauteur vertigineuse d’1m57. Ce qui m’a valu les gros yeux du barbu. Il ne faudrait pas flinguer le parquet non plus ! Il ne fait pas non plus pipi partout (je parle du sandbag…) et ne transforme pas l’appart en plage des Maldives. Parce qu’on n’est pas dans un foutu épisode d’Un Diner Presque Parfait ! Bref, n’hésite pas à aller découvrir le site d’Epic Fitness car il y a de quoi animer encore quelques jours de confinement !

Point Bison Futé : Le sandbag m’a été offert par Epic Fitness. Je ne suis pas rémunérée pour cet article ou d’une quelconque manière. Aussi, l’avis émis est personnel et non soumis à d’éventuelles contraintes publicitaire. Bisous !

Sandbag Epic Fitness, de 30 à 90 kilos, de 65 à 80€, disponible sur le site https://epicfitness.fr/
10% de réduction avec le code IHATEWALLBALLS10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s