Blablabla, Rencontre

Deux warriors et un raid

Il est des personnes qui forcent le respect, tant par leur gentillesse que par leur volonté. C’est notamment le cas d’Alisson, qui, parfois, évoque « sa maladie » au détour d’une conversation, après un WOD. Une maladie qui l’oblige à subir traitements et opérations mais qui jamais ne l’arrête. Toujours souriante, elle casse la gueule des chippers et autres sprints avec une force qui laisse interdit. Son nouveau défi? S’engager aux côtés de son amie, Cécile, dans un raid au profit d’une association contre le cancer. Parce que les crabes, ces wonder women les bouffent, pas seulement avec de la mayonnaise… Rencontre avec deux super nanas engagées dans un beau projet.

Pouvez-vous vous présenter?

Alisson, 32 ans, infirmière et crossfiteuse depuis 3 ans.

Cécile, 33 ans, infirmière aussi et maman de deux enfants. Et j’ai repris le sport depuis un an et demi, après ma deuxième grossesse.

Quel est votre parcours sportif?

Cécile : Avant mes grossesses, je faisais du foot. Après mes grossesses, j’ai commencé par de  la course à pied et du vélo, avant de m’inscrire en salle pour faire des cours collectifs avec mes collègues. Ensuite j’ai découvert le CrossFit®, via des cours d’essai. Je pense venir dès la rentrée.

Alisson : depuis l’âge de 20 ans, j’ai fait pas mal de sports différents. Beaucoup de fitness, du renforcement musculaire, et même de la zumba ! Je fais un peu de canicross avec ma chienne. Mais je me concentre plutôt sur la boxe, que je pratique depuis 5 ans. Et depuis que j’ai découvert le CrossFit®, j’ai un peu mis le reste de côté. Il faut dire que c’est plutôt addictif. Aujourd’hui, c’est vraiment mon sport de prédilection.

Comment avez-vous découvert le CrossFit®?

A : Mon mari a travaillé avec notre coach, William. C’est lui qui a proposé de découvrir son nouveau job et de participer à une séance d’essai. Mon mari a adhéré, et même adoré ! Donc, il m’a embarquée avec lui.

C : Et moi, c’est Alisson qui m’a emmenée au CrossFit® ! La première séance était difficile. Mais les wods suivants étaient trop bien. Je voulais venir régulièrement à la rentrée, mais, rien qu’à regarder les publications sur les réseaux sociaux, ça me manque ! Donc, je vais probablement revenir avant.

Comment avez-vous fait connaissance?

A : On a travaillé ensemble pendant 7 ans, dans le même service de pédopsychiatrie, avec des adolescents. Cécile a changé de service il y a 3 ans mais on a gardé contact, notamment à l’occasion de soirées entre collègues. Et comme nous aimons toutes les deux le sport, ça nous est arrivé d’aller courir ensemble…

Un beau jour, Cécile m’a envoyé le teaser du raid Femina Adventure en me disant « regarde, ça a l’air super. Ca te dirait qu’on y participe ? » Ma première réponse ? Cécile, regarde le prix !

C : Je fonce dans toutes ces aventures-là ! J’ai déjà plusieurs raids à but humanitaire. Pendant le COVID, je suis allée en Guyane, par exemple. Donc, là, j’ai vu ça et j’ai pensé à Alisson !

A : A savoir que c’était un raid en faveur d’une association contre le cancer, les Amazones Guadeloupe. Une partie de l’inscription leur revient. Nous avions aussi le choix entre le Canada et la Guadeloupe. Or, je suis mariée avec un guadeloupéen. Cécile, elle, est amoureuse, non pas d’un guadeloupéen, mais de l’île. Ça fait partie de notre histoire à toutes les deux.

C : C’est aussi l’occasion de soutenir une autre association, Les Enfants de la Lune, à laquelle je suis adhérente. On œuvre donc pour deux causes.

A : Je suis atteinte d’un cancer depuis 4 ans. Je me suis toujours dit que je prendrai toujours le dessus sur la maladie. Je ne veux pas la laisser rythmer ma vie. Ce n’est pas parce qu’on est atteint d’un cancer qu’on ne peut pas participer à ce genre de défi – c’est vraiment le message que je veux faire passer. Effectivement, certaines personnes ont des soins plus lourds que les miens et ne seront pas en capacité de le faire. Mais moi, j’ai la capacité physique d’y participer. C’était ce qu’on voulait défendre.

Combien coûte une pareille aventure?

C : L’inscription seule, pour toutes les deux, c’est 5500€. Il faut ajouter le prix du billet d’avion – un peu plus de 1000€ – et une liste de matériel, comprenant du matériel médical et des équipements sportifs. On doit emmener plusieurs paires de chaussures, des sacs de 15 à 20 L avec des réserves d’eau, des combinaisons en néoprène pour les épreuves de kayak. Les sacs doivent être étanches, comme on les garde avec nous pour nager en mer….

A : On doit avoir toutes les deux des couvertures de survie, certains médicaments, des pansements, … Globalement, l’ensemble représente un coût de 8000€. On s’est fixé ce budget à atteindre, avec l’aide de soutiens et de sponsors. Si nous rassemblons plus d’argent, le reliquat ira directement aux associations qu’on soutient.

Comment peut-on vous aider?

A : On peut faire des dons via une cagnotte Leetchi. Il y a aussi des entreprises ou des magasins qui peuvent nous sponsoriser. En échange d’un don, nous les référençons dans tous nos publications.

On peut vous offrir du matériel?

A : Oui, d’ailleurs, nous avons commencé à démarcher des magasins de sport concernant le matériel sportif, ainsi que les pharmacies pour la trousse de secours.

C : Il y a même des commerçants qui ont mis en place des tombolas. Ils donnent des bons cadeaux ou des prestations, et nous reversent l’argent obtenu via des grilles de tombola.

A : Comme nous ne sommes pas une association, les dons ne sont pas déductibles d’impôts. Mais pour justifier ces dons, on peut faire un virement direct à la Femina Adventure qui livre un justificatif.

C : On a aussi un restaurateur qui a versé la moitié pour notre participation, et l’autre moitié directement à l’association. Donc déductible d’impôts.

A : Nous sommes à l’écoute de toutes les suggestions. Et puis, chaque don de matériel fait, c’est de l’argent qu’on ne dépense pas et qu’on peut reverser à l’association.

C : C’est ce qu’on a fait avec les billets d’avion. Les dates auxquelles nous avions pensé pour l’aller et le retour nous obligeaient à payer vraiment très cher. En restant jusqu’au 24 (plutôt que jusqu’au 20), nous avons pu gagner 300 € par personne. Sauf que cela posait la question du logement. J’ai recontacté la propriétaire du logement loué lors de mon dernier séjour, qui a voulu nous héberger gratuitement afin de soutenir notre projet.

A : Maintenant, reste la problématique de la location de voiture. Avis à la communauté CrossFit, si vous avez des bons plans. Promis, en échange, on viendra faire un drop-in dans votre box !

Savez-vous quelles épreuves vous attendent?

A : On a un listing d’épreuves potentielles. Mais nous connaîtrons chaque épreuve au dernier moment. En sachant qu’il peut y en avoir plusieurs par jour. Nous pourrons enchainer 15 kilomètres de kayak, 10 kilomètres de course à pied et une descente de cascade en rappel, par exemple. Potentiellement, il y a du kayak, de la nage en mer, du run, du parcours d’orientation, du parcours de nuit, du canyoning, des traversées de rivière, escalader des roches, …

Comment vous préparez-vous physiquement ?

A : Comme on peut ! Déjà, le CrossFit nous permet d’être polyvalentes. Ensuite, on court, on nage, on fait aussi du vélo, même si ce n’est pas dans le listing d’épreuves. Ca fait bosser le cardio !

C : On a investi dans un kayak pour s’entraîner. Il va falloir trouver des gilets de sauvetage. Nous sommes aussi en contact avec The Roof, la salle de bloc qui vient d’ouvrir au Havre, pour travailler notre grip, appréhender le vertige. Nous attendons leur réponse !

A : Pour l’instant, c’est compliqué de s’entraîner ensemble. Dernièrement, nos moments ensemble étaient consacrés à l’organisation et la logistique. Mais une fois que nous aurons avancé sur le démarchage de sponsors, nous essaierons de nous entraîner ensemble au moins une fois par semaine.

C’est un raid solidaire à de nombreux égards, n’est-ce pas?

C : Nous sommes déjà en contact avec d’autres participantes. Certaines ont déjà fait les aventures précédentes et elles vantent l’expérience humaine, l’entraide et la solidarité qui caractérisent ce raid. Il y a du soutien. Par exemple, sur le kayak, une équipe n’en avait jamais fait. Et deux autres participantes, qui, elles étaient à l’aise sur l’épreuve, leur ont proposé de repenser les équipes le temps de l’épreuve, avec une participante novice et une confirmée. Parce que c’est une aventure et pas une compétition, il n’y a pas d’enjeu à gagner. A part gagner un totem ! Et jamais le terme « compétition » n’est mentionné sur les posts du raid.

A : J’ai fait un post pour parler de ma maladie et j’ai reçu des messages de soutien de la part d’autres participantes.

N’hésitez pas à les soutenir dans leur aventure et à retrouver leur aventures sur les réseaux sociaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s