Blablabla, Fais ta belle, Shopping, Test

Je m’en bats pas les boobs, édition printemps 2022

Choisir la bonne brassière pour woder, ça peut parfois s’avérer plus compliquer que de réussir à plier ton linge propre en moins de 3 semaines. Surtout quand Mère Nature – ou Mère Génétique, a eu la « gentillesse » de te doter de glandes mammaires abondantes. C’est marrant pour écœurer tes copines qui sont plates comme des limandes quand tu as 13 ans. C’est tout de suite plus difficile à gérer quand tu as les obus qui dansent la macarena sur un WOD. Surtout quand tu sais un peu à quoi tes jumeaux sont soumis dès que tu amorces un début de mouvement. Si tu veux éviter de te retrouver avec les copains sur les genoux lorsque tu as 70 ans – c’est pratique comme repose-coudes mais c’est plus ou moins le seul avantage, autant en prendre soin. Je ne vais pas te vendre une crème miracle ou le chirurgien de la smala Kardashian, mais je te raconte un peu les dernières brassières testées qui peuvent s’adapter aux « poitrines généreuses » comme on dit dans le marketing. Sache, par ailleurs, que d’autres modèles sont passés au crash test boobies édition. Comme par exemple un modèle pas cher de chez Decat’ dont on m’a dit le plus grand bien. Sauf, que si je ne t’en parle pas, c’est que j’ai eu franchement l’impression que l’échafaudage était loin d’être conforme à mes miches.

La valeur sûre

Pauvre de moi. En bonne addict à la marque pour milliardaires – ou donneurs d’organe – lululemon, j’ai pris la vicieuse habitude de me vautrer dans leurs nouvelles brassières. Sauf que, tous les modèles que j’aime disparaissent aussi rapidement que les économies de Benjamin Castaldi. Aussi, mon petit cœur n’a été que joie et délivrance (aucun rapport avec le long-métrage de 1972) quand j’ai découvert une lululemon-like chez Unchained. Coupe sensiblement identique, choix de couleurs, c’était prometteur. Si le tissu est un poil plus souple que chez lululemon (mais vraiment un poil. Du genre celui que tu oublies systématiquement dans le creux de l’aisselle), la brassière remplit les attributions de sa fiche de poste. Mention spéciale à la grosse bande sous la poitrine, qui te permet de sautiller comme un petit daim à la fermeture de la saison de la chasse.

Unchained Energy Sports Bra, 49€, disponible chez Unchained

La bonne surprise

J’ai toujours été un peu dubitative, concernant les brassières Savage. Assurément, elles étaient plus adaptées aux pec-chons qu’aux seins avec un minimum de garniture. Ce qui n’est pas tout à fait vrai. Leur brassière High Neck, après plusieurs années de bons et loyaux services, reste une valeur sûre pour woder. Attention, je te parle du modèle en noir. Car, enthousiasmée par le maintien de cette dernière, j’ai commandé la version rose, dans une phase d’optimisme débridé. Grossière erreur. Le dos est différent – et bien moins enveloppant- et l’encolure est bien plus basse. J’avais donc les nichons qui tentaient de passer par les issues de secours à la moindre occasion. Ingérable. Par contre, la version noire fait en sorte que tout le monde reste en rang, même sur des HSPU. Seul hic? Si tu es claustro de l’encolure haute, tu risques d’hyperventiler.

Brassière High Neck, Savage Barbell, 45 €, disponible chez wodabox

La plus confortable

Là aussi, allergique aux encolures un peu hautes, prend garde. Même si, dans ce cas précis, ça serre franchement moins le kiki que la Savage Barbell. Clairement, tu n’as pas le sentiment de risquer la trépanation quand tu enlèves ta brassière. Mais, tout le monde reste bien sagement à sa place. Le dos est juste supra canon, et permet d’assurer un bon maintien (le combo gagnant!).

Sur les côtés, la coupe évite toute fuite inopinée, sans risquer pour autant de quelconques irritations. J’aurais aimé un tout petit peu plus de compression, mais tout le monde n’a pas kiffé sa vie antérieure à l’époque victorienne et l’habitude de vivre plus ou moins en apnée à cause des corsets qui te défoncent la cage thoracique. Oh, je tombe en pâmoison !

Brassière Tank, Thorus, 42 €, disponible chez Thorus

L’autre bonne surprise

Chez Born Primitive, tout le monde m’avait fait l’éloge de la X-Factor (rien à voir avec le télé-crochet. Lâche la zapette et va faire de la mobilité, bordel). Sauf que, après avoir investi mes deniers dans ce modèle, j’étais à peu près aussi convaincue que face à un 5 kilomètres run un matin de février. La marque est toutefois revenue dans mes bonnes grâces soudainement, à l’instar d’un Johnny Depp pour les producteurs de Disney, de manière plutôt inattendue.

J’ai acheté la Rise Flex en me disant qu’elle serait parfaite pour mes sessions yoga et/ou lecture. Mais le combo bretelles épaisses, large bande élastique et bonne couvrance de jumeaux a fait de ce modèle un bon petit hold-up.

Brassière Rise Flex, Born Primitive, 50 €, disponible chez wodabox

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s