Blablabla, Débuter, Test

Let’s go girls…

Eh oui, si toi aussi tu as vécu les galas de dance du Dynamic Gym Club de Gravenchon, tu as répété de longues heures sur ce titre de Shania Twain « Man, I Feel Like A Woman » alors que ta prof peinait à redescendre d’un état de transe qui durait plusieurs semaines suite à sa visite au Salon du Fitness – et l’achat de nouveaux justaucorps fluo. Oui, j’ai fait mes premières armes en danse…

Bon, techniquement, c’était plutôt en équitation mais le poney supportait mal ma présence. Remarque, je n’aurais pas aimé non plus qu’une enfant boulotte et un brin empotée me grimpe sur le dos pendant une heure. Aussi, ma mère a fini par m’inscrire au sein d’une activité qui ne nécessiterait ni animaux, ni tournées de lessive à 60°C suite à des rétamages de gueule dans du crottin.

Tout ça pour dire que les femmes sont à l’honneur chez Wodabox. Enfin, encore plus que d’habitude. Ce qui n’est pas rien puisque, personnellement, ce site est l’équivalent pour moi d’une terre de perdition, option shorts et brassières. Et comme si ma santé mentale avait besoin d’une mise à l’épreuve supplémentaire (petit Jésus, protège mon âme!), Wodabox se met désormais à imaginer ses propres vêtements.

Si tu as un peu suivi, tu sais que c’était déjà un peu le cas, puisque cela fait un moment qu’il existe des t-shirts ou débardeurs aux couleurs du site.

Et puis, pendant le confinement, Wodabox a aussi diversifié son offre en lançant un timer – sauveur quasi messianique pendant les WODs en session zoom, entre le canapé et le bar à cocktails, des paralettes, du tape – histoire de protéger tes pouces opposables d’un abus de kettlebells, de FIFA 2021 ou de tirage de nouille, c’est toi qui voit – et j’en oublie sûrement.

Pour le lancement d’une collection textile plus étendue, ladies first ! A tous les sens du terme, puisque la collection est conçue pour les filles par des filles. Et pas n’importe lesquelles : celles de l’équipe Wodabox. Parce que, non seulement, ce sont des ninjas du marketing, des achats, de la communication et peut-être bien du tableur excel – mais ça, c’est peut-être une légende urbaine – mais elles ont les relations et l’expérience. Un peu comme James Bond, sans le goût dispendieux pour les Aston Martin et la destruction d’hélicos.

Telles des copines en mode KGB un soir de mojitos, elles ont mis leurs réseaux en branle – non pas pour retrouver une connasse sur les réseaux sociaux en moins de 8 minutes – mais pour cibler les fournisseurs qui pourraient proposer les coupes et les matières qu’elles aiment pour woder. Bah oui, parce que tu crois quoi? On ne peut pas bosser chez Wodabox sans inhaler un minimum de magnésie.

Donc, non seulement elles ont fait leur boulot, mais elles ont imaginé la collection de fringues dont elles rêvaient. Si ce n’est pas être polyvalentes, ça, je ne sais pas ce que c’est. Et elles ont assuré le crash-test, en lattant la tronche des fringues sur de gros WODs qui font transpirer l’arrière des genoux. Les petits genoux, comme les genoux plus costauds, mais pas les mous. Les mous du genou, ils font du foot, non?

Oh ça va, détendez-vous les accros du t-shirt polyester à 95 balles. Bref, fin de la parenthèse commedia dell’arte et ballon rond.

Mon histoire de genoux, c’est simplement pour dire que la collection a été conçue pour toutes les morphologies – que tu possèdes 8 000 abdos ou que tu commences simplement le CrossFit®, mais aussi toutes les bourses (pas physiques. Même si tu peux mettre des leggings si tu as un kiki. Je parlais plutôt de bourses métaphorico-financières). L’idée était donc de proposer une collection abordable, jolie, facile à vivre et à porter.

C’est donc pour cette raison que le legging est taille haute – si tu te sens mieux avec un petit soutien du côté de la petite brioche (réelle ou imaginaire), mais la ceinture peut être repliée pour une taille plus basse. Et puis, il n’y a pas une brassière, mais trois. Elles ont toutes un style et un maintien différent. La beast est pensée pour être plus couvrante et avec un soutien plus important que les deux autres modèles, qui sont la Beauty et la Chill. D’ailleurs, cette dernière, avec son dos en mesh, m’a tout de suite plu. Même si mon tissu mammaire est franchement existant, elle reste confortable pour les sessions de yoga ou les jours où tu n’as simplement pas envie de faire péter les armatures sous le t-shirt.

Et si tu rumines devant ton écran parce que tu n’as pas fait suffisamment de bench pour pouvoir investir dans une brassière, sache que la gamme vient de se doter de protège-poignets en éponge, pour esponger ta transpiration abondante et dorloter tes mimines sous les maniques. Par ailleurs, exclusivité mondiale – même Nikos sur TF1 ne l’a pas eue, celle-là, le prochain projet Wodabox, c’est de développer sa gamme pour les marlous, les mecs, les jules, les bonshommes, les gaillards, …

En attendant de voir ce qui va agiter le barbu, j’en profite pour woder dans mes nouveaux leggings aussi doux que de la peau d’un chaton écrasé par une camionnette DHL.

Collection Approuved by Wodabox, disponible sur le site de Wodabox, 39.90 € la brassière et 49.90€ le legging.

CODE PROMO : -10% sur tout le site avec le code HATEWB10

Recevez du nouveau contenu directement dans votre boîte de réception.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s