Blablabla, crossfit games, Débuter, Evénement

Un Open 2021 chez soi, pour quoi faire?

Tic tac tic tac (imagine le bruit d’une horloge, pas une ode à deux écureuils un peu chelou, hein). Départ dans 10 secondes. Ah non, merde. Je fantasme encore un WOD à la box. Non, en fait, tout ça pour dire que l’Open commence dans 6 semaines. Ca se rapproche….Oui, mais. Sauf que, pour l’instant, c’est un peu le cadet de nos soucis, non? Désormais, on a troqué l’angoisse des annonces de Dave Castro contre celle des conférences du gouvernement. Et très franchement, même si celles du cousin caché de Fidel nous foutaient un peu le trouillomètre à zéro, elles étaient moins anxiogènes que les AMRAP Confinement de Jeannot et Manu. Parce que, finalement, même si on en chiait, ça durait moins d’une heure. Pas – quasiment – une foutue année.

Crédit photo : Victor Freitas

D’ailleurs, personnellement, je suis toujours sur mon forfait 2020. Je n’ai pas utilisé cette année 2020, donc je cumule les minutes, comme avec ma Mobicarte en 2001. Qui a crié « impossible » dans le fond de la salle? Eh oh, fous moi la paix avec ta négativité, va te faire cuire un pancake à la whey et va pêter ailleurs. Merci.
Bon, OK, le/la pétomane nihiliste n’a pas tout à fait tord. Cette année, ou l’année prochaine pour moi, le cœur n’y est pas. On s’inquiète davantage pour les prochaines annonces du gouvernement que concernant l’éventuel sens caché des indices de Dave (qu’on soupçonne également d’écrire les énigmes du père Fouras. A moins que ça ne soit l’inverse).

Ajoute dans le mixer de nombreuses boxs fermées, d’autres en mode « loisir de plein vent » (c’est comme le « plein air » mais en janvier, avec un bonnet et une rhinite qui ne se soigne pas), et des perspectives pas forcément folichonnes, ça donne juste envie de passer un diplôme de mélangeologue (c’est comme mixologue, mais en dehors du 11e arrondissement de Paris), histoire de pouvoir se bourrer le coing peinard avec l’excuse de « tu permets, je teste une nouvelle recette pour le travail ». Certes, les bars, comme plus ou moins tout le reste, sont fermés. Mais avec un peu de chance, c’est un domaine dans lequel un apéro skype peut peut-être passer pour une visioconférence de télétravail.

Par ailleurs, la motivation est relative. Très relative. Soit tu as la chance d’être légèrement sociopathe et tu wodes à heures fixes, un peu comme tu te brosserais les dents ou tu te ferais 3 repas par jour. Une habitude, donc. Soit tu as lâché l’affaire, tu binges toute les conneries possibles sur Netflix (oui, les trucs intéressants sont finis depuis longtemps) et tu passes tes aprems à te demander si le Duke dans Bridgerton suit le régime cétogène. Tu as également tenté le Dry January jusqu’au premier dimanche de galette des rois, où tu as décidé d’oublier ta détresse dans une pinte de mousseux. Trois citrates de bétaïne plus tard, tu te sentais prêt à troquer tes intestins contre 6 mètres de tuyau d’arrosage Husqvarna.

Désormais proche de la condition physique de Massimo Gargia, participer à l’Open te semble aussi incohérent que le ratio entre les poches de veste et les baladeurs CD dans les années 1990. Sauf que, ça peut être judicieux (de faire l’Open, pas de se réécouter le dernier CD de Lorie).

D’abord, il faut se rappeler que Dave et Eric (le nouveau boss de CrossFit®) ne vivent pas sous un dôme, entourés de Teletubbies. A priori, ils sont plutôt bien conscients que c’est la chienlit, comme dirait Colette. C’est d’autant plus la chienlit que Colette a appelé son médecin traitant pour lui gueuler dessus parce qu’elle ne peut pas se faire vacciner. Plus assez de doses. Ils font chier tous ces vieux – dont certains sont plus jeunes qu’elle mais qu’importe.
Bref, Dave et Eric, pas de Teletubbies, pas de vaccin, pas d’appel de Colette. Ils se sont donc creusés le ciboulot afin de proposer une version Open à a la box et une version entre le canap et la table basse. C’est ce qu’on appelle de manière assez chic « sans équipement ».


Si tu optes pour cette option, pas de qualification aux Games. Euh…en ce qui me concerne je le vis bien. Si je me prenais pour une Tortue Ninja à 5 ans, mes illusions sont mortes en même temps que ma foi dans le Père Noël. Je ne serai jamais Kara Saunders. Même si je tente que me confectionner un masque angoissant et des prothèses de cuisse avec des mouchoirs en papier et des malabars bi-goût. Mais, honnêtement, avec la rate qui se dilate et le foie qui n’est pas droit – et une bonne vieille année de merde, ça risquait d’être hasardeux. Et puis, sachant que les Games, ça n’a pas spécialement marché en étant vaguement fit, il faut arrêter de faire sa Lindsay Lohan du CrossFit® et s’imaginer qu’on va pouvoir rebondir. Métaphoriquement. Car au sens propre, ça peut s’envisager.
Pas assez fit? Et alors? Si cette année, l’Open était simplement l’occasion de s’amuser, de se confronter aux autres potes encastrés dans leur méridienne, et de se donner suffisamment de motivation pour faire au moins le WOD de l’Open chaque semaine. Ca peut constituer un « pied à l’étrier », un moyen plutôt marrant de s’y remettre, sans vraiment s’exciter pour être le royal du carrefour. Toujours pas convaincu? Organiser des WODs dédiés à l’Open en zoom, voire en extérieur (si c’est toujours possible, hein) peut permettre de se motiver entre potes, dans une même box, ou d’ailleurs. Un zoom qui peut être suivi d’un bon petit apéro, histoire de se constituer un ersatz de soirée Open dans nos boxs.

Crédit photo : Jesper Aggergaard


En fait, participer à l’Open cette année, et ce en dépit de cette situation merdique, c’est de se rappeler qu’on n’est pas seuls dans cette galère (je pense autant aux multiples confinements, restrictions, couvre-feu, …qu’à un nombre stratosphérique de burpees ou de sit-ups auquel il faudra survivre). C’est se dire, plus que jamais, qu’on fait partie d’un sport basé sur la communauté. Mais aussi sur la santé. Une santé qui, plus que jamais, est au cœur de nos préoccupations. Bouger, ce n’est certes pas la solution miracle, mais c’est un atout pour rester en bonne santé…



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s