Blablabla, Débuter

Les signes que tu es un(e) athlète confiné(e)

Les gars, ça va mal. Je vous écris depuis mon canap’, planquée derrière une pile d’oreillers. J’aurais pu me faire un fort en coussins, si cela n’était pas, simplement, la conséquence du barbu qui repeint notre chambre. Moralité, le contenu du dressing a explosé autour de la table de la salle à manger et je me prends pour un confédéré en regardant les Reines du Shopping. J’ai même exporté mon WOD quotidien dans mon bureau, histoire de ne pas tenter les lunges au milieu de la pile de planches qui constituait jadis le dressing. Moralité, à force de me prendre pour un pingouin sous LSD, un de mes bibelots s’est suicidé, en mode décapitation. Une fin bien trop théâtrale que mon statut de con-confinée a du mal à accepter. J’ai donc décidé de partager mon désarroi en dressant des listes. Ca rassure mon côté psychorigide. Aujourd’hui, tous les trucs qui montrent que tu fais du CrossFit® en mode confinement….

Tu woderais bien en pyjama…s’il n’y avait pas de WOD Zoom


Ne dis pas « non ». Je l’ai fait lors du premier confinement. Sauf que le shorty pinata lama qui te rentre dans le fion pendant que tu tentes un record du monde de air squats, c’est tout sauf idéal. Surtout quand le dit vêtement d’intérieur est en coton et que tu finis ton WOD avec l’impression que ton périnée s’est fait la malle et que tu es bonne pour piquer le paquet de Libra que ta voisine cinglée a laissé à côté des boîtes aux lettres.

Alors que c’est juste la transpiration conjuguée de ton boule et tes escalopes qui réagit mal à la confrontation avec un tissu non-conçu par l’industrie pétrôlière. Et puis, le débardeur Stitch, finalement, je ne sais pas si le coach est prêt pour ce genre de fantaisie interpersonnelle.

Tu te lèves parfois in-extremis

Complètement défoncé(e) par tes angoisses existentielles qui se manifestent à travers de cauchemars dans lesquels Cyril Lignac est devenu ton diététicien (véridique), tu as la tronche en vrac, au point de tenter de prendre tes gommes à la mélatonine par le mauvais trou. Je ne sais pas si le goût myrtille sera très utile dans ce cas. Toujours est-il que tu tentes régulièrement de démonter ton réveil de manière aléatoire, en lui jetant ton oreiller ergonomique. Ce qui cause un réveil plein de stupeur, de retard, et un WOD matinal avec des crottes dans les yeux. Et parfois des petits renvois induits par le verre de Tropicana siroté en 2-2.

Tu sais faire deux trucs en même temps


Et oui, télétravailler et woder en même temps, ça compte, non? Bon, d’accord, tu vois surtout les notifications de mails pro pendant que tu scales tes HSPU sur ton canap’ et tu pries les instances infernales pour qu’un collègue ne tente pas de t’appeler inopinément pendant que tu tentes de te faire éclater la rate sur un EMOM 40 minutes.

L’avantage, c’est que tu peux presque enchaîner sur une réunion, encore nimbé(e) de l’odeur d’écurie et dans tes atours en élasthane, à condition qu’on ne te demande pas d’allumer la caméra…

Tes relations de voisinage ne se sont pas améliorées

Surtout depuis que ta voisine (oui celle des Libra) a tenté de garder ton matos chez elle parce que UPS lui a livré en ton absence mais qu’elle refuse d’ouvrir car elle pense que les gens du voyage veulent la tuer. Ajoute à ça le fait de montrer régulièrement ton cul à ta voisine qui s’épile la moustache devant sa fenêtre – HSPU ou handstand oblige- et les percussions subaccoustiques générées par ta dumbbell qui heurte le parquet flottant sur les snatchs, ce n’est pas cette année que tu vas encore pouvoir refourguer les boîtes de pâté offerts par Colette lors de la fête des voisins.

Ok, tu ne manques rien….

Tu kiffes les parkings

Si tu te reconnais dans cette affirmation hors-confinement, merci de prendre tes gouttes. Le remake d’American Psycho, en mode « je me planque derrière le Dacia Duster de la voisine qui refuse de me dire bonjour », c’est contestable socialement. C’est vrai que personne ne sait vraiment ce qu’il y a dans les merguez, mais n’oublie pas que tous les mixers ne sont pas assez puissants pour broyer des dents.
Fermons cette parenthèse boucherie-charcuterie pour revenir à nos parkings. Même avec le plafond affreusement bas et blindé d’amiante (je parle du parking, pas de TON plafond) ainsi que les fuites d’huile qui transforment parfois les WODs en épreuve de Fort Boyard, tu es quand même bien content de pouvoir beugler comme un acteur porno roumain en écoutant du rap vénère à fond les ballons (bah oui, un Murph sur les Poetic Lovers, ça impressionne moins) et en dropant ta barre, le tout sans que personne ne te juge, ni que tu risques de flinguer ton opportunité d’invit’ à la prochaine fête des voisins (avoue que tu kiffes la piémontaise).

Tu as mis des notifications sur tous les instas d’influenceurs

Bah oui, on ne sait jamais. Comme c’est bientôt le Papa Noël, les comptes des marques ou d’influenceurs organisent des calendriers de l’avent. Mais version bien plus glamour – du moins dans notre situation – que quatre vieux Kinder Country qui ont été fabriqués avant le supposé bug de l’an 2000. Ton espoir secret? Un peu comme les joueurs de l’Euromillion ces derniers jours, tu espères remporter le pactole. Ici, exit le flouze, tu baves devant le matos, tout le matos, n’importe quel matos. Tu rêves de barres, de racks, de kettlebells, de poids, … Bref, de tous les trucs qui changeront un peu des burpees…et qui sont en rupture de stock.

Tu es devenu un pro des petites annonces

Pas celles pour rencontrer une moitié qui kiffe de te voir manger du Pont l’Evêque trempé dans de la chicorée (même si c’est le cas, personne ne te juge), mais plutôt celles à base de matériel à vendre. Parce que, au rage, au désespoir, au confinement ennemi, déjà que c’était la merde pendant l’épisode 1 du confinement, le retour de la vengeance n’est pas mieux. Tu hurles à la Lune en mangeant des BN fraise tandis que tu rafraîchis méthodiquement les pages des sites d’équipementiers, en rupture de stock pour la plupart. Moralité, tu envisages de monter un raid, histoire de choper le petit con du 3e avec sa trottinette.

Tu penses revendre l’engin sur Le Bon Coin, tandis que tu placeras les organes du malandrin dans des Zip-Locks, achetés par lots lors de ton dernier voyage chez Action (il fallait bien rentabiliser les 8h30 de file d’attente au milieu des odeurs d’aisselles). Tu revendras l’enfant par morceaux aux mafias de l’Est (tu as eu le contact via ta voisine folle et incontinente) et te fera des machines en or, ce qui te permettra d’avoir suffisamment de budget pour acheter du matos d’occaz revendu bien plus cher que le prix du neuf – mais c’est pas grave (putain, l’offre et la demande, les mecs. Les cours d’éco, ça servait à ça, en fait? )

Tu veux ta box, là tout de suite maintenant

Tu veux transpirer, avoir froid, avoir chaud, cracher tes poumons, t’exploser les mains, avoir des hématomes qui sortent de nulle part, te flinguer l’épiderme avec de la magnésie, te bouziller les genoux sur des lunges avec barre, courir sous la pluie (ça peut-être pas, en fait), faire des EMOM dégueux sur l’assault bike, ne pas réussir à attraper les poignées du skierg parce que tu fais la taille d’un Hobbit, te faire vanner par ton coach, risquer la roue à burpees, te confronter à une playlist constituée de chanteurs morts, te fouetter sur les DU, trinquer au Fitaid avec les copains, faire un stinking et drinking, fêter Noël/Hannouka/Saint Nicolas/un quelconque alignement des planètes avec toute la communauté. Bref, tu en as ras le cul du confinement. Rendez-nous nos box. Bisous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s