Récupération, Test

L’ABC du CBD

Mon père m’avait prévenue : « le cannabis, tu peux essayer mais je ne te le recommande pas ». Forte du conseil paternel, je me suis donc contentée de rouler des cartons pendant mes années lycée. Parce que déjà que le tabac, c’est tabou, je n’allais pas attaquer la weed, si? Et puis, comme je n’étais pas particulièrement motivée à l’idée d’écouter Tryo et de mettre des sarouels, j’ai préféré avoir l’air stone naturellement, uniquement grâce à l’absence de sommeil et aux contrôles de physique-chimie.

Devenue (vaguement) adulte (on ne peut pas dire « grande » car j’ai arrêté ma croissance à l’âge de 12 ans), je suis restée à cheval sur mes principes. C’est déjà ça, car rester à cheval sur un canasson, je n’y arrive pas. Je pense que je suis anatomiquement programmée pour tester la gravité le pif dans un crottin, et pas de Chavignol. Donc, en soirée, je suis plus houblon que ganja. Même si j’ai déjà fini par cracher de la bière pourrave sur ma chemise tropicalemon sweat préféré pendant que je faisais une crise d’angoisse à cause de la pilosité en roue libre des acteurs d’Easy Rider. Bref, pas de Dr Gonzo ni de chauve-souris, mais j’avais bien envie d’enlever mes chaussures de golf. Aucun photographe portugais à l’horizon, mais surtout un gros nuage de fumée. La zone était bien Seveso, mais j’étais surtout en plein aquarium. C’est donc un souvenir relatif d’une soirée beaucoup moins relative. Et tandis que j’ai échappé à la mort suite à la conduite tout aussi relative d’un copain un peu trop imbibé accro aux cassettes audio de low-fi, j’ai décidé de demander à mon paternel de jouer les uber les soirs suivants et j’ai choisi des événements en plein air.
Quant au cannabis and co, je ne pensais pas forcément faire leur rencontre dans le cadre de ma pratique sportive. Bon OK, relativisons. Je n’ai pas roulé jusqu’à Las Vegas avec une valise remplie d’opiacés. N’appelez pas Navarro. J’ai juste testé du CBD.


Non, le CBD, ce n’est pas le nom du nouveau boys band de K-Pop à la mode auprès de la classe de 6eB du collège du coin. CBD, c’est l’autre petit nom de la molécule de cannabidiol. Ah, celle-là, tu n’as pas pu faire sa représentation avec des bouboules qui s’emboitent en cours de physique chimie, hein? La bestiole est présente dans une plante, le cannabis sativa. Alors, non, tu te calmes tout de suite avec ton drapeau de Bob Marley, acheté sur le marché de Lillebonne. Le CBD testé ne contient pas de THC. Zéro, nada ! Le THC, c’est simplement le principe actif néfaste du cannabis, celui à l’origine de la dépendance et des effets pyschotropes. Le truc qui te donne envie de te faire des dreads, de découvrir l’Inde à dos de girafe ou de tester la crème de marrons sur une tartiflette. Voire de t’interroger sur le sens profond du poème Jabberwocky de Lewis Carroll ou celui des chansons de Zaz (mais là, ça sent vrai le bad trip).

Si on résume, le CBD n’a pas d’effet psychoactif et ne produit pas de dépendance. Bref, c’est moins problématique que la pâte à tartiner aux crêpes dentelle. Il aurait également pas mal de bienfaits. On parle de régénération du système nerveux, de coup de pouce pour soulager la douleur, d’effet relaxant et anti-inflammatoire, … Une aubaine pour les sportifs. Notamment quand tu fréquentes des gens infréquentables nommés Fran, Cindy, Nancy, …Et là, je ne parle pas d’effeuilleuses à pseudo avec des échasses en polypropylène, mais bien des girls qui nous mettent minables (du moins, en ce qui me concerne). Or, c’est bien connu, le ou la pratiquante de CrossFit® flirte souvent avec la Tortue Ninja. Cette affirmation ne concerne pas seulement notre goût pour la pizza (celle avec une base chou-fleur, ça compte?). Non, ce dont je parle, c’est bien de notre goût un peu psychotique pour les nouveautés et autres accessoires (on parle de sport, merci bien). Donc on aime bien acheter de nouveaux wraps Mon Petit Poney, de nouvelles genouillères (coordonnées avec nos chaussures?) et surtout tester des trucs pour pallier à notre absence relative de sommeil causé par un scrollage intensif sur insta et le besoin de tagguer un max de copains sur une publication afin de gagner des barres protéinées qui te donnent l’impression de manger des Snickers (mais ce sont des en-cas sportifs donc ça donne un alibi pour boulotter du chocolat sans culpabiliser).

Sauf que dormir, c’est bien. Oui, vraiment. D’abord, ça évite de devenir dingo et de vouloir jouer à Grand Theft Auto avec les piétons quand tu rentres de la box. Ensuite, au-delà de l’absence de sollicitations par les forces de l’ordre, ça permet de récupérer et faire en sorte que tes WODs profitent à ton corps (plutôt que d’avoir l’impression de pisser dans un violon). Donc, dans ce contexte, le CBD est à la mode dans notre petit monde merveilleux. Tel Pouf le cascadeur, je ne recule devant rien (sauf devant de la Tergoule). J’ai donc joué le cobaye. Je sais, je suis votre Mac Lesggy à tous. Un fer à lisser en plus.

C’est la marque française Green Fit Recovery qui m’a envoyé de l’huile de CBD à 15% (soit 1500 mg de CBD).
La bestiole se présente sous forme de flacon en verre teinté, histoire d’éviter que la lumière ne dégrade les propriétés du produit. Une pipette permet de doser chaque prise. La recommandation? Une dizaine de gouttes à placer sous la langue, pendant 1 min 30 minimum. La manipulation est un brin hasardeuse, un peu comme mes dosages de chimie le jour du bac. Soit j’ai le cerveau qui fait de la colle (ce qui est une hypothèse plausible), soit compter 10 gouttes sans se placer face à un miroir et tester la mobilité de ton nerf optique pour voir ce que tu fais en même temps que tu estimes la dose, ça peut rapidement virer à la session de mobilité improvisée. Mais c’est probablement un complot des reptiliens visant à améliorer ma position en overhead squat. Ou alors une cabale de la ligue internationale des fabricants de cuillères, profitant de l’opportunité pour augmenter leurs parts de marché (parce que c’est vrai que, finalement, on peut doser le CBD dans une cuillère, hein).

La consistance est un peu grassouillette. Normal, Martine, c’est de l’huile. De l’huile dont le goût n’est clairement pas fou. Ca ne vaut pas une tarte au citron. Mais c’est du CBD, pas une dégustation pour le concours de MOF. Ca a quel goût? Disons que c’est très vert, un peu piquant en fin de bouche. C’est mieux qu’un Beaujolais Nouveau mais ça donne quand même un peu l’impression d’avoir machouillé des pâquerettes. L’effet? Il ne te frappe pas en pleine tronche comme le ferait un mauvais publicitaire dans la pub des céréales Lion. C’est progressif. Un bon livre, une couette bien chaude et tu as bien les yeux qui se croisent les bras. Je suis relaxée. Ce qui est un miracle. Je suis aussi nerveuse qu’une candidate de téléréalité dont on a perdu la valise. J’ai beaucoup de mal à m’endormir et je finis souvent à 2 heures du mat, à me demander comment font les nudistes pour essuyer leurs lunettes. Là, l’endormissement se fait calmement et bien plus rapidement. J’ai l’impression de passer de meilleures nuits et de dormir plus profondément. Je rêve même de handstand walk. Est-ce un signe de l’univers?


Une impression confirmée par ma montre qui traque mon sommeil comme le gouvernement chinois flique ses citoyens. Certes, elle n’a rien d’aussi fiable qu’un examen à l’hôpital mais, au moins, elle ne m’engueule plus pour me dire que j’ai la qualité de sommeil d’une puce sur un teckel à poils durs.
Forcément, ça rend la récup plus efficace. Certes, je n’ai pas fait soudainement 2000 mètres de handstand mais, comme je me sens plus reposée, mon corps ne me pourrit pas la vie. Attention, je ne suis pas soudainement devenue aussi flexible que les Totally Spies (même si l’absence de Com’poudrier est finalement un soulagement).

J’ai bien quelques courbatures, mais elles sont nettement moins hargneuses qu’après les fêtes. A quoi est-ce du? Au CBD? A l’arrêt total de l’absorption de 987g de pain par repas (toasts, blinis, et autres réjouissances pour étaler saumon fumé et consorts)? Le mystère restera aussi entier que la raison pour laquelle les L5 ont laissé carte blanche au coiffeur de la production. Toujours est-il que je n’ai plus l’impression d’aller woder chaque matin dans le même état qu’une nonagénaire après la pose d’une prothèse de hanche. Je me sens libre et heureuse comme un petit colibri, la tachycardie en moins. Globalement, l’expérience est très positive ! Je n’ai plus besoin de finir 23 polars chaque soir pour voir arriver le marchand de sable (pas littéralement, ne l’oublions pas. Je ne vois pas vraiment un mec débouler dans ma chambre avec du sable. Sinon, ça veut dire qu’un psychopathe fait du ciment dans le quartier), je n’ai plus autant de réveils nocturnes (sauf en cas de délestage intempestif de tisane. L’arnaque, ce truc), mon sommeil semble plus réparateur et je peux rendre le treuil qui me permettait de sortir de mon lit ces derniers temps. Je ne m’en sers pas tous les soirs mais je pense que c’est un bon atout pour améliorer sa récup (à condition de ne pas bloquer devant Netflix jusqu’à 3 heures du mat et espérer être frais pour le WOD à 9h. Là, il ne faut pas du CBD, il faut un miracle).

Pour info, le flacon fait 10 mL, ce qui correspond à environ 35 utilisations (à raison d’une dizaine de gouttes par prise). Green Fit Recovery recommande la version à 10% pour les personnes pesant moins de 75 kilos, celle à 15% pour les autres. Mais sachant que je suis dans la première catégorie que j’ai testé la version à 15%, je n’ai pas passé mes soirées à refaire le monde avec le lapin rose des Sims en guise d’hallucination.

Si tu as envie de tenter, sache que l’huile de CBD 10% est à 74.90 € chez Green Fit Recovery, et celle à 15% à 84.90€. Et histoire de rendre la douloureuse moins douloureuse, tu peux profiter de 5% de réduction avec le code « ihatewb5 ».

fb

insta

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s