compétition, Reebok CrossFit Games, Rencontre

De retour du CrossFit® Strength in Depth – CrossFit® Serval

Tandis que YouTube tournait à plein tube ce week-end et que je tentais de me transformer en invertébré sous mon plaid poilu Alinéa, des athlètes français wodaient dans la télé. Enfin…pas que dans la télé. Ils étaient surtout dans une contrée mystérieuse qu’on appelait encore Royaume-Uni pré-Brexit. Tandis que Romain Fellonneau et la team THE UNIT ont répondu à nos questions avant de s’envoler pour Strength in Depth, c’est l’équipe de CrossFit® Serval qui partage ses impressions après ce Sanctional. Encore un grand merci à eux !

Est-ce que vous pouvez présenter les différents membres de la team ? 
Alexandre Toumi Bradley : 32 ans gérant de CrossFit® Serval, Head Coach et compagnon d’Élodie. 
Élodie: 31 ans, cogérante de CrossFit® de Serval, ingénieur d’affaires dans une ESN.
Justine: Justine, 25 ans (bientôt 26 !), je suis originaire d’Aix-en-Provence. Et depuis 1 an et demi, je suis coach, je transmets ma passion en accompagnant chaque jour les adhérents de CrossFit® Serval, pour toujours aller de l’avant, sans baisser les bras.
Steph: Stéphane 26ans, originaire d’Aubagne. Je suis coach et animateur sportif pour des associations, en ayant obtenus plusieurs BPJEPS pour vivre pleinement de ma passion du sport.

Quand et comment avez-vous découvert le CrossFit®® ?
Alex : J’ai connu le CrossFit® en 2012 pendant ma carrière de joueur de foot américain, j’ai utilisé la méthode en tant que prépa physique, ensuite comme sport à plein temps !!!! Et je me suis vite tourné vers la compétition.
Élodie: en 2015 à Angers chez Anjou CrossFit®, c’est suite à une Spartan Race que j’ai voulu découvrir cette discipline.
Ju : A Aurillac, durant ma formation BPJEPS.
Steph : J’ai découvert le CrossFit® en 2017 en étant inscrit dans une salle de sport où ils encadraient des séances de CrossFit® et j’y ai pris goût.

Quel a été votre parcours sportif avant le CrossFit®® ?
Alex : J’ai fait du Football américain de 2007 à 2016, en grande partie chez les Argonautes. Également en équipe de France en 2010 et 2011.
Élodie : J’ai fait du volley-ball pendant 3ans et de la salle. Sinon, pas de parcours sportif en particulier mais j’ai toujours été active.
Ju: Footballeuse de haut niveau, de mes 5 à mes 23 ans, j’ai toujours consacré ma vie au sport. Suite à de multiples blessures, j’ai dû revoir mes ambitions footballistiques, et de ce fait je me suis consacrée pleinement à ma vie professionnelle.
Steph : Triathlète pendant un peu plus de 12ans, et quelques années de pratique dans le rugby.

Crédit photo : Stéphanie Madaule photographe

À quel rythme vous entraînez-vous ? 
Alex : Je m’entraîne en moyenne deux fois par jour (parfois 3, parfois 1), j’essaie de toucher à tout pour avoir le moins de lacunes possible.
Élodie : Une à deux fois par jour, quand mon travail me le permet. 
Steph : Quasiment tous les jours

Comment avez-vous fait connaissance ?
Alex : Nous nous entraînons tous à CrossFit® Serval, nous nous sommes tous connus là-bas. Pour des questions d’unité, il est important que chaque membre vienne du même endroit…. et je suis nostalgique de l’époque où les Super Teams étaient interdites. 
Élodie : Je venais d’arriver dans la région et Alex donnait un cours dans la salle où je m’entraînais. Steph et Ju sont arrivés à CrossFit® Serval l’un après l’autre 🙂
Steph : Il y a deux ans je suis rentré chez Serval où j’ai commencé à m’entraîner puis à donner des cours.

Et comment avez-vous eu l’idée de constituer une team pour Strength in Depth ? 
Alex : À la création de la box, mon premier objectif était de présenter une équipe aux Regionals, mais suite à leur disparition, nous nous sommes naturellement tournés vers les Sanctionals. L’objectif est simple, se qualifier à tous les Sanctionals d’Europe et ça devait commencer par Londres.

Travaillez-vous selon une programmation spécifique ? 
Alex : Nous suivons tous la même programmation, Warrior Programming. Je la suis depuis maintenant 7 ans et chaque année, nous décidons quelle programmation suivre. J’oblige chaque membre à suivre la même programmation.
Steph : Nous travaillons avec Warrior Programming ainsi que des spécifiques encadrés par Alex pour travailler nos points faibles et nos points forts pour aller plus loin.
Élodie : en plus de Warrior, je suis une programmation d’haltéro deux fois par semaine, faite par Alex.

Comment avez-vous préparé cette compétition ? 
Alex : Comme les autres…. à fond 🙂 sans se poser de questions et en profitant au maximum du moment. 

Vous vous êtes beaucoup entraînés ensemble ? 
Alex : On s’entraîne à quatre au moins une fois semaine (team WOD etc). Le reste de la semaine, nous nous entraînons à deux ou trois membres de l’équipe, systématiquement.
Steph : On s’entraîne quasiment tous les jours ensemble pour essayer de se pousser encore plus loin et essayer d’avancer ensemble, malgré nos plannings différents.

Dans quel état d’esprit êtes-vous partis ? 
Alex : Simple… ne pas être dernier :). Nous essayons de progresser à chaque compétition et pour ensuite être à la hauteur l’année prochaine. 

Vous aviez des objectifs en tête ? 
Alex : Top 15 pour les SID. Pour les prochains Sanctionals, ça sera Top 10. Il faut être capable d’avoir de réels objectifs pour pouvoir s’entraîner en conséquence.

Une compétition qui commence avec un wod run + sandbag… C’est un peu la bête noire de n’importe quel athlète ! Comment ça s’est passé pour vous ?
Alex : Pas mal 🙂 j’aime la course AHHAHAH 
Élodie : c’était vraiment le WOD que j’appréhendais le plus, parce que le run et moi nous ne sommes pas très copains ! Du coup, je n’ai pas touché le sac et j’ai tout donné pendant les 3 km pour essayer d’handicaper le moins possible mes coéquipiers ! Heureusement, ils aiment la course eux. 🙂
Steph: Commencer par le sandbag était ma plus grande crainte, ayant déjà fait quasiment la même épreuve dans ces mêmes lieux l’année dernière. J’étais un peu perplexe mais au final, ça c’est plutôt très bien passé.

Comment s’est passé le WOD 2 ? 
Alex : Une petite chute pour mieux se relever 
Steph : Le WOD 2 et ses anneaux… Pour moi ce mouvement m’est aléatoire. Heureusement, nous avons bien géré la première partie pour avoir du temps pour les filles.

Pas trop difficiles, ces MU Synchro ? 
Alex : Un petit peu, on se rend compte que ce sont vraiment les habilités individuelles qui entrent en jeux.
On doit être capable de s’adapter au plus faible pour l’emmener plus haut et plus loin avec nous !!!

Les worms sont encore assez rares dans les boxs. Vous aviez eu l’occasion de vous préparer pour le WOD 3 ? Si oui, comment ? 
Alex : Nous avons un Wormsdepuis 1 an…. pas d’excuses 🙂 
Élodie : suite au SID de l’année dernière en Rx, et pour s’entraîner avec, nous avons décidé d’investir et d’en acheter un pour la salle, puis deux… Nous repartons toujours avec des nouveautés pour la maison !
Ju : Oui, nous avons la chance d’avoir à la Box plusieurs worms et nous l’intégrons dans nos entraînements ! Nous disposons des meilleures conditions et matériels, pour progresser le plus rapidement et efficacement possible !
Steph : Les WODs avec les worms n’étaient pas une crainte plus que ça, à part pour mon dos mais nous avons réussi à les finir avec des équipes derrière. C’est sur des WODs comme cela que la communication peut jouer un rôle important. Il suffit d’un moment et tout peu s’emballer. Heureusement, nous avons pratiqué ce mouvement pour le gérer, malgré mes quelques fautes sur ces WODs. Il nous reste encore du travail et on va chercher à s’améliorer pour les prochains events et monter plus haut au classement.

Le Time Cap du WOD 5 avec le 1RM hang snatch était plutôt court. L’épreuve n’était pas trop stressante ? Vous avez pu faire la barre que vous vouliez ? 
Alex : Oui, même très short, les filles ont pu faire ce que nous avions prévu… alors nous (les garçons) avons plutôt été décevant sur cette épreuve….
Le temps n’est pas important.. nous le savions, nous devions être prêts pour cela.
Élodie : dur dur de tirer la barre alors que le WOD vient juste de se finir. 3 échecs de mon côté mais Justine et moi avons tout de même atteint notre objectif.
Ju : Effectivement le temps était plutôt court, mais avec Elo, nous avons pu faire la barre que nous voulions ! Petit record personnel pour moi !
Steph : Le WOD 5 fut assez rapide. Je ne suis pas très confiant sur ce mouvement donc Alex m’a dit d’assurer ma barre. C’est ce que j’ai fait et après je lui ai laissé le temps de faire ce qu’il voulait, comme prévu.

En général, la communication est très importante en team. Comment avez-vous fait ? Y-avait-il un/e capitain/e ? Vous vous organisiez avant les WODs ? 
Alex : Oui, en général je décide  de la stratégie à tenir. Il faut composer avec les forces et faiblesses de chacun.
Ju : Effectivement la communication est un facteur essentiel au bon fonctionnement d’une équipe et par conséquent, à la réussite ! Il faut encore travailler là-dessus, car il existe quelques incompréhensions, mais, aucun impact négatif sur nos objectifs, ainsi que sur nos relations. Pour ma part, je laisse place à l’expérience.. Mes coéquipiers ont plus de vécu dans le milieu du CrossFit® ainsi que dans les compétitions, de ce fait ce sont eux, et notamment Alex, le meneur de jeu.
Steph : Avant chaque WOD, Alex met en place la stratégie et la composition, c’est lui qui joue le rôle de leader. De ce qu’il en tire, on fait le travail et si on le sent pas, on en parle pour trouver une solution.

Quel a été votre WOD préféré et celui que vous avez moins aimé ? Pourquoi ? 
Alex : On va dire les WOD 3 et 4… simplement nos meilleures positions.
Élodie : J’ai beaucoup aimé le WOD 4 (et 5) avec le 1RM Hang snatch et les OHS avant. Le WOD 3 est celui que j’ai le moins aimé, trop de T2B !
Ju: J’ai apprécié tous les WODs, même celui que j’ai le moins aimé : le 2. Pourquoi ? J’avais pour objectif, CE WOD ! Malheureusement ça ne s’est pas passé comme j’avais envie que cela se passe !
Mais on en tire toujours des leçons : ma faiblesse d’aujourd’hui sera mon point fort de demain.
Steph: Le 6, j’adore le strong man et les mouvements de grimpe et le handstandwalk. Le moins bien le WOD 3 où la pression a fait tout s’emballer.

Comment était l’ambiance de la compétition en général ?
Alex : Au top :). 
Ju : Excellente ! Une ambiance conviviale de compétition internationale. Une certaine ambiance d’ambition, de succès… avec quelques génies, tous autant respectueux les uns des autres.
Steph : Cette compétition était énorme, je crois même la meilleure que j’ai faite. Il y avait du monde, une ambiance excellente. Une entraide entre tous, c’était un plaisir de voir les meilleurs. Un rêve qui devient réalité : woder parmi les grands.
Élodie : Awesome !!

Et entre les compétiteurs ?
Alex : Plutôt pas mal 🙂 pas de mauvais esprit… comme on peut souvent le voir en France.
Élodie : super, tous vraiment très sympa, même les grands athlètes étaient cool et souriants, au top !!

Que retenez-vous du week-end ?
Alex : Nous devons travailler les fondamentaux.. éviter les No reps inutiles et améliorer notre communication. 
Élodie : comme après chaque compétition, on revient avec beaucoup de choses à travailler à la maison, mais le plaisir est là, en équipe, donc on continue de travailler 🙂
Ju : Humainement, encore une fois, ce fut une très belle aventure. Nous partageons, voyageons, apprenons… ensemble ! Sportivement, tout dépend des objectifs chacun. Pour ma part, je développe encore plus cet esprit d’apprentissage, de compétition..

Est-ce que la team va se reformer pour de prochaines compétitions ? Si oui, lesquelles ? 
Alex : Nous sommes qualifiées pour le Norwegian et plutôt bien partis pour le German
Steph : Je ne vois pas pourquoi l’équipe ne se reformerait pas, c’est le coach qui décide. Je donnerai tout quoi qu’il arrive pour accompagner mes coéquipiers le plus loin possible comme depuis le début.

Un dernier mot ? 
Alex : On sera là pour 2021, c’est un long processus, on fera tout pour être présent et acteur de chacune des compétitions.
Ju : Non, il y aura pas de changement, pour les prochaines compétitions. Place à la suite ! 
Élodie : au boulot !! 😉
Steph : Pour finir, on retourne au travail pour être meilleur qu’hier et ne plus avoir de points faibles. Et on se remet en question pour la suite.

fb
insta

1 réflexion au sujet de “De retour du CrossFit® Strength in Depth – CrossFit® Serval”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s