Nutrition

Une pause chez…Chasseurs Cueilleurs

Sauf si tu as basculé dans la Tourtelle Twist et l’abonnement « Comme J’aime », tu te doutes que la nutrition a quelques conséquences sur ton entraînement. Ah non? Tente le Fran après une tartiflette, l’ami, et on en reparle (ou plutôt, non, on en reparle pas. On a vu trop d’horreurs pendant la guerre). Tout ça pour dire que, si au pied de notre amie la pyramide – du CrossFit®, pas celle de France 2 ou Jet Tours – il y a la nutrition. A priori, ça n’est pas un hasard. Bien entendu, manger sainement chez soi, c’est relativement simple, à condition de ne pas souffrir de lachanophobie – qui ne se traduit pas par la peur de partir en camping à Lacanau, mais bien par une phobie des légumes. Les trucs qui poussent dans la terre, pas dans un transat après 4 Ricard. Par contre, quand tu braves le vaste monde, pour un rendez-vous pro, une visite culturelle ou une épilation des sourcils chez Benefit, il est parfois plus compliqué de trouver un endroit où déjeuner sans sombrer dans un combo « gluten – les produits laitiers sont nos amis pour la vie  » voire de céder aux appels de la frite, le soir au fond des bois.


Sauf que si tu baguenaudes dans les ruelles de la ville lumière, sache que ton errance est terminée. Chasseurs Cueilleurs a désormais pris ses quartiers à quelques pas du Grand Rex, le ciné, pas le chien policier allemand.Tu ne connais par Chasseurs Cueilleurs? Mais dis-moi, l’ami, aurais-tu été otage en Corée du Nord ces dernières années? Maintenant que tu as été libéré du joug d’un homme aux aspirations capillaires discutables (on pourrait s’étendre sur le sujet mais ce n’est pas France Info, ici), tu peux donc explorer ce que le monde a à offrir. Et pour ce qui est de Chasseurs Cueilleurs, c’est une cuisine paléo et sans gluten, qui a d’abord fait le bonheur de nombreux athlètes, lors de compétitions ou en livraison dans les boxs. Bref, l’aventure a commencé avec un service traiteur / événementiel. Mais désormais toute frustration inhérente à la question existentielle « quand reverrai-je leur tataki », n’a plus lieu d’être puisque, du petit dej au brunch en passant par le déjeuner, de 9h à 17h, du lundi au samedi, tu peux manger sainement, mais pas chiant. Parce que, pour certains, santé est forcément synonyme de trucs insipides, vaguement moins excitants qu’un bouillon de poireaux sans sel et une compote de pommes. Mais tu n’es pas à l’EHPAD, Roger.

Quoi qu’il en soit, quand tu découvres le menu, tu comprends rapidement que Chasseurs Cueilleurs veut faire danser la carioca à tes papilles. Ainsi, tu peux choisir entre un wok de saison, du pastrami de boeuf avec plein de petits légumes, du poké (tu sais, cette recette hawaïenne addictive) ou encore plein d’options végétales pour les copains qui ne mangent pas de petites bestioles (falafel bowl, curry de légumes, …). Et sur le comptoir, tu as même de beaux gâteaux qui crient ton nom (en fait, peut-être que c’est juste la bière sans gluten qui me fait ça) : carrot cake, banana bread et compagnie. A savoir que tous les plats et desserts peuvent être consommés sur la place ou emportés.

Le Falafel bowl

Avec le barbu, on a donc opté pour poser notre séant. L’occasion pour nous de profiter un peu du lieu, aux accents industriels. Pas de chichis, l’endroit est sobre mais convivial. On aime les gros pots dans lesquels on pioche couverts et serviettes, la verrière qui permet de voir ce qui se passe dans les cuisines, l’omniprésence des plantes, du métal et du bois, ainsi que les livres de cuisine saine, à disposition.
On patiente un peu et nous voilà devant un poké de crevettes pour moi et un falafel bowl pour le barbu. Le moins qu’on puisse dire, c’est que nos plats sont colorés. Notre riz est même rose. Au milieu de plein de petits légumes, je découvre un houmous de poivrons, dans lequel j’ai rapidement envie de me rouler, sauf que la bienséance me l’interdit. Et je ne te parle même pas des desserts.

Le poké de crevettes

En fait si, je t’en parle. Le carrot cake, le carrot cake, le carrot cake, le carrot cake !! On y retrouve le moelleux et les fruits secs, que j’aime tant dans cette recette, ainsi que la gourmandise du glaçage. Sauf que ce dernier est à la noix de cajou et au granola, tandis que le gâteau ne te fait pas voir Jésus redescendu sur terre, à cause d’un pourcentage de sucre trop élevé. Bref, c’est un carrot cake de compet’, catégorie Rx.

Si tu aimes le kawa, il y a une belle sélection. Si comme moi, tu préfères le camellia sinensis, mon repas a été l’occasion de découvrir un chai à base de thé vert et d’une pointe de matcha. Une superbe découverte, dont j’aurais bien commandé un thermos, si je n’avais pas été pressée par le temps.
Ajoute à ça un accueil très sympa, et ça donne envie de revenir, ne serait-ce que pour tester le brunch qui a l’air d’envoyer du pâté…

Chasseurs Cueilleurs
33 rue du Faubourg Poissonnière
75009 Paris
http://chasseurscueilleurs.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s