Débuter

Balance ton quoi

Messieurs, Dames, je ne sais pas si c’est le fruit d’une conspiration entre le perruqué de Trump et des reptiliens adeptes de moumoutes, mais il fait beau en Normandie. Il paraît même qu’on a un temps d’ensoleillement extraordinaire, quoi que cela puisse signifier. Bref, non seulement il ne pleut pas mais les locaux ont entamé une transhumance vers les points d’eau les plus proches afin de se faire cramer la couenne et tenter de ressembler à l’équivalent humain d’un pot de crème glacée vanille fraise.
Les enfants se jettent des galets dans la gueule, les goélands te chient sur la tête et l’ensemble de la collection nautique de Kalenji est de sortie dans la file d’attente pour acheter des chichis. C’est l’été !!

Image result for pot vanille fraise
Roger, tu es allé à la plage, ce week-end?

Pour les pratiquants de CrossFit® de France et de Navarre, c’est le temps béni où ton corps auto-génère une douche (ni hydromassage ni gel douche Yves Rocher au Monoï, malheureusement) provoquant l’accélération au niveau atomique des gouttes de sueur qui se précipitent le long de ton canyon secret tel le Discobélix au parc du Gaulois moustachu (celui qui tabasse des centurions, pas celui qui a vendu son âme contre des nuggets). C’est aussi le moment de l’année où on se dénude. Un peu, hein. On se calme, Mon curé chez les nudistes ! Pas question de montrer son scrotum à la supérette. Sauf si la dite supérette est à Montalivet et autres réserves naturelles pour les gens qui aiment danser nus dans la nature (ou au rayon légumes secs), tels de joyeux petits lapins de Garenne.

Ce pourcentage croissant de taux visible d’épiderme est également applicable au quotidien. Merde, on a remonté la ceinture de notre jeans mal ajusté tout l’hiver, maintenant on libère les shorts du grenier. En même temps que cette migration vestimentaire commence une autre saison : celle des gros lourds (catégorie non genrée)…surtout quand on est une femme ! Qu’on sorte de la box en short (non, mais quelle idée de faire du sport en short un jour d’été) ou qu’on fasse péter l’épiderme dans un contexte n’impliquant pas de thrusters, cela induit bien souvent d’être confrontée à des bestiaux intellectuellement instables. Du regard lourd au filet de bave en passant par les sifflements ou les remarques graveleuses, difficile de profiter des beaux jours sans avoir envie de latter des tronches en mode Jessica Jones. Sauf, quand il fait beau, la terre est dure et c’est plus difficile pour enterrer des corps pépouze. Mais au-delà de la montée en pression plus rapide qu’une 8-6 dans la paluche d’un hooligan, c’est surtout la sidération qui prime. Et cerise sur le bucket KFC, quand ces personnages articulent quelques syllabes, c’est parfois pour faire quelques remarques sur notre physique athlétique en mode « Putain, les bras/les cuisses », « Faut arrêter la muscu », … On laissera votre créativité (ou votre vécu) imaginer le genre de débilités proférées.

Image result for jessica jones fight

En tant que femme, c’est choquant. Et en tant que femme qui pratique le CrossFit®*, ça l’est peut-être encore plus. D’abord, qui sont ces personnes pour penser que considérer d’autres êtres humains comme un punk à chien reluquerait un demi-litre de Konigsbeer chez Aldi, c’est normal? Ont-ils été éduqués par des humanoïdes à pouces opposables? Si Claude Lévi-Strauss n’avait pas passé l’arme à gauche, on aurait pu lui suggérer d’aborder la question.

Ensuite, parce que dans le contexte du CrossFit®*, les questions d’apparence sont largement secondaires. Hommes ou femmes, quelle que soit nos performances, nous sommes là pour donner notre maximum. Peu importe si vous avez des capitons sur le cuissot ou un six-pack, votre valeur ne se juge pas à votre physique (a priori !). Tous les athlètes suivent leur propre progression, en se soutenant dans l’effort. Pas le temps de se regarder le nombril, on n’est pas là pour ça. L’objectif : devenir une meilleure version de soi-même. Par conséquent, notre corps se transforme. Pas parce qu’on a décidé de se nourrir uniquement de choux de Bruxelles afin de rentrer dans le tshirt Kids United de ta nièce de 13 ans. Non, ce changement n’est que la conséquence d’un travail acharné. Le but? Être en forme pour profiter de la vie. Et pas perdre 3 kilos pour moins culpabiliser de bouffer du saucisson d’âne tous les soirs à l’apéro du camping de La Bernerie.

Image result for camping meme

Aussi, les copains s’en tamponnent le coquillard avec une tringle à rideaux de ton accoutrement. Si tu as chaud ou que ça te chante, tu wodes en brassière et short. Ou peut-être que tu préfères les leggings et les tshirts amples. Ou les costumes de Power Rangers. Qu’importe. Tu wodes dans des fringues dans lesquelles tu te sens à l’aise pour faire ce que tu as à faire. Et ça ne viendrait à l’idée de personne de te faire une remarque. Parce que tout le monde adopte la même philosophie.

Image result for meme crossfit girl

Au quotidien, ça devrait être la même chose. Tu as envie de mettre une robe, un short, une combi à paillettes, un déguisement de Pocahontas histoire d’être plus crédible quand tu chantes « L’air du vent » avec tes copines, ça devrait te regarder aussi. Sauf que ça n’est pas le cas. Plutôt que d’être une norme, le comportement des gens dans les boxs de CrossFit®* est une exception. Et c’est bien dommage. Et ne me faites pas croire que l’inhalation de magnésie change la chimie du cerveau…


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s