Débuter

SOS motivation

C’est un fait : après le repas de Noël, vous avez quitté précipitamment la table, de peur que votre mère vous bute et vous congèle pour l’année prochaine, tellement vous étiez farci jusqu’à l’os. Et oui, il ne fallait pas reprendre de fruits déguisés avec le kawa. Sauf, que, en plus de nous plomber la digestion, les fêtes ont peut-être foutu un coup à la motivation. Normal. Les trajets en voiture, les repas interminables, les litres de citrate de bétaïne sont venus interrompre la mécanique bien huilée des entraînements. Non, on ne se cherche pas d’excuse. Il faut juste savoir profiter des bons moments avec les gens qui nous sont chers sans forcément s’exciter sur ses perfs à longueur de journée.
A part un petit morceau de galette ou de brioche des rois, a priori, c’est la fin des échéances alimentaires. Donc, normalement, on repart à la box, comme si de rien n’était. A part un cardio de loukoum. Fin de l’histoire. Sauf que si les symptômes persistent, que faire pour se redonner un peu de motivation?

On continue…
Encore et encore, comme le chantait une « vedette » moustachue armée d’une gratte sèche. On ne sait pas si le môssieur avait une barre à tractions dans sa petite cabane, mais reste qu’il a plutôt raison. Pas question de perdre les bonnes habitudes et de s’encroûter devant « Quatre mariages pour une lune de miel ». Même si vous manquez de motivation, même s’il pleut comme vache qui pisse, même si vous avez tellement froid que vous voulez être réincarné en couverture en laine vierge, faites votre sac et allez à la box !!! D’ailleurs, votre sac devrait être prêt dès la veille, vos vêtements sortis. C’est toujours ça de moins à faire et vous vous sentez un peu (plus) obligé d’aller tester le degré de chaleur restitué par votre dernier bonnet à pompon, offert par le Père Noël Tatie Josette. Une fois que vous aurez pris un bon boost de dopamine dans le buffet, tel un touriste hollandais un jour de tempête sur une digue bretonne, vous serez heureux comme un chat dans un carton et n’aurez qu’une envie, revenir… Et accrochez-vous à cette sensation de bien-être quand vous aurez envie de vous vautrer dans votre canapé d’angle Poltrone Sofa et dans la pâte à tartiner sans huile de palme.

Buuuuuut !!!
Aller woder, c’est bien. Aller woder avec des objectifs, c’est mieux. C’est un peu la différence entre errer sans but chez Sephora le premier jour des soldes ou avoir repéré des produits sur le site la veille. Premièrement, vous saurez ce que vous faites là et pourquoi vous vous infligez les odeurs d’aisselles de tierces personnes (affirmation qui fonctionne aussi pour Sephora). Deuxièmement, cela préservera votre motivation. Fixez-vous des buts : premier pull-up, passer les 100 kilos en deadlift, améliorer son temps sur Fran (même si celui-là, personne ne se le fixe de son plein gré…ou sans abus de Vermouth). Bref, vous avez compris l’idée. En vous fixant un objectif, vous avez une raison supplémentaire de lâcher votre grenouillère Undiz pour venir à la box et travailler vos faiblesses ou votre progression.

Parlez-en à votre coach
Parce que, simplement, il n’est pas juste là pour vu gueuler dessus lorsque vous tentez de gruger 5 secondes de recup’ en finissant les avant-bras dans le seau de magnésie. Le coach est là pour vous accompagner, vous aider à vous améliorer et atteindre vos objectifs. Normalement, il vous connaît plutôt bien et sait comment vous motiver. Utilisez cet atout à votre avantage.

Trouvez un partenaire d’entraînement
Soyez redevable…aussi bien vis-à-vis de votre coach que de votre partenaire d’entraînement. Si vous leur avez annoncé que vous seriez là au WOD de 9h, il sera plus difficile de rester chez soi à regarder les Totally Spies en boulottant des restes de Panettone que si personne ne vous attend. Et savoir que vous woderez avec un pote, non seulement, c’est une motivation supplémentaire, mais c’est souvent la garantie de passer un bon moment. Ce qui n’est pas négligeable quand on a la motivation dans les chaussettes.
Si vous n’avez pas de partenaire d’entraînement, souriez (mais trop sinon on va croire que vous êtes l’enfant naturel de Dexter Morgan et Mercredi Addams), dites bonjour aux gens et semez ça et là des petites miettes de pain au chocolat. On attrape toujours une bestiole avec ce genre de technique.

L’œil du tigre ou du panda…
Souvenez-vous de pourquoi vous avez commencé. Et n’hésitez pas à noter cette raison dans un endroit que vous voyez souvent : votre bureau, votre entrée, … Ce « pourquoi » a toute son importance. C’est ce qui vous fait avancer : une perte de poids, un moyen de déstresser, un nouveau défi, …Et si vous n’avancez plus, trouvez-vous un nouveau « pourquoi ». Par ailleurs, n’hésitez pas à vous la jouer Rocky Balbao : trouvez des sources de motivation. Gobez des vidéos de CrossFit plus vite que des Flamby sur Netflix ou sur YouTube, faites-vous une playlist digne de Jason Momoa sur une Harley et avec une veste à frange. Bref, faites sortir la bête qui est en vous. Si c’est un chaton, ça marche aussi.

Publicités

2 réflexions au sujet de “SOS motivation”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s