Rencontre

The French Dudes

Ils sont trois, ils ont des biceps, ils ont une collection de baskets à faire pâlir Le Prince de Bel-Air, ce sont The French Dudes. Rangez Charly et Lulu, on ne va pas faire un reboot du Hit Machine pour accueillir un boys band d’un nouveau genre. Ce trio ne fait pas dans la chemise ouverte et les chorégraphies hasardeuses, ils sont la terreur des bro-reps, les atomiseurs des demi-squats, les rois du comptage frénétique de DU…Non seulement The French Dudes ont appris à dissocier l’usage de leurs nerfs optiques afin d’avoir un œil sur leur feuille de score et un autre sur leur athlète, mais ils diffusent désormais la bonne parole. Ils ne transforment pas encore l’eau en whey mais souhaitent faciliter la vie des juges, des compétiteurs et des organisateurs.

Qui sont les membres fondateurs de The French Dudes ? 

Stéphan : Stéphan Mallen, 35 ans. Je suis ingénieur en BTP, Voiries et CF-L1 Trainer. J’habite près d’Aix-en-Provence.
Benoit : Benoit Fassi, 31 ans. Je suis gendarme et CF-L1 Trainer. J’habite à Grenoble
Fabien : Fabien Brumaud, j’ai 32 ans. Je suis ostéopathe et CF-L1 Trainer. J’habite en Ile de France.

image2_1

Quel est le concept de The French Dudes ?

Stéphan : The French Dudes est en quelques mots un outil multitâche dont la fonction première est une aide envers les juges, organisateurs si besoin..

« En gros, on veut aider ! »

Fabien : Le concept est plutôt simple, même s’il est audacieux : rendre tout ce qui à trait au judging plus qualitatif… On veut aider les organisateurs d’événements, à la fois en leur simplifiant la vie, mais aussi en leur offrant une qualité de judging la plus haute possible. On veut aider les compétiteurs à se sentir un peu plus confiants vis à vis du corps des juges… On veut aider les juges à se sentir plus confiants et sûrs d’eux en leur faisant partager notre expérience…
Benoit : Voilà tout est dit : en gros, on veut aider !

Dans quel but avez-vous fondé l’association ? 

Benoit : L’idée est née alors que nous nous retrouvions sur les events, avec l’envie de vouloir, et le sentiment de pouvoir contribuer encore un peu plus à ces events, autrement que par le bénévolat auquel nous étions habitués.
Nous ressentions l’envie d’harmoniser les messages et les judgings (les décisions, les standards… Bref les règles, en somme) même si le message commun et officiel reste le Crossfit Online Judge Course.
On veut pouvoir être un outil au service de l’organisateur d’un event : qu’il puisse se détacher de la phase de judging, sans pour autant lui piquer son bébé et dénaturer l’esprit de sa compétition.

image6_1

Aviez-vous le sentiment que le judging dans le CrossFit manquait de structure ?

Benoit: Aviez ? Manquait ? Au passé ?
Fabien : Tout est encore à faire dans ce domaine… On voit des choses assez aberrantes dans chaque compétition.
Stéphan : Il faut savoir que le judging ou tout autre event team est à base de volontariat et à part les Regionals ou les CrossFit Games, je pense que le judging manque clairement de structure dans l’application des standards de mouvements et d’aide pour les juges volontaires.

« On veut pouvoir être un outil au service de l’organisateur d’un event : qu’il puisse se détacher de la phase de judging, sans pour autant lui piquer son bébé et dénaturer l’esprit de sa compétition. »

Comment pensez-vous travailler pour faire bouger les choses ? 

Fabien : Il y a tellement d’axes possibles…

image9_1
Stéphan : Nous avons pas la prétention de faire bouger les choses mais ajouter une pierre à l’édifice pour aider les personnes qui ont envie de s’améliorer ou de se lancer dans le judging en compétition. Les compétitions sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus grosses, de plus en plus qualitatives… Soit le judging suit, soit il sera en décalage total avec cette expansion !

Comment avez-vous découvert le CrossFit ? 

Fabien : Qui commence ?
Benoit : Quand j’ai arrêté le rugby, j’ai ressenti le besoin de retrouver un sport avec un réel état d’esprit. En étant en unité spécialisée, la conditions physique tenait une place primordiale et il était beaucoup plus utile de s’entraîner à haute intensité et sous forme de plusieurs enchaînements.
Puis ça a été la révélation, aujourd’hui je ne peux plus m’en passer…
Stéphan : Après avoir arrêté le rugby, je voulais avoir de nouveaux challenges, envie de découvrir de nouvelles choses et c’est alors par le biais d’un ami que je découvris le CrossFit il y a 4 ans; cela passe vite je m’en souviens comme si c’était hier. Je pensais que j’étais en forme mais en fait « non ». J’ai pris une sacrée claque ce jour-là et depuis je ne peux plus m’en passer.
Fabien : Diplômé de ma licence STAPS depuis 2007, j’en avais entendu parler depuis quelques années avant d’y goûter en 2016. Mais je me méfie toujours des effets de mode… Et puis un jour, un pote, ancien rugbyman m’a dit de venir faire un cours d’essai. Je me pensais affûté, et quand j’ai subi la classe, je me suis dit que, dans ma définition du fitness, il y avait quelque chose qui n’allait pas… Trop de blessures au rugby pour continuer mon métier de personal trainer… Le choix a été plutôt évident.

image4_1

Et comment en êtes vous venus à juger ? 

Stéphan : Je suis curieux par nature je voulais en savoir plus sur le monde « CrossFit Compétition » et le voir sous un angle autre que celui du spectateur tout en le vivant de l’intérieur et c’est ainsi que j’ai eu l’opportunité de juger les Reebok French Throwdown 2015 à l’INSEP Paris. Je n’oublierai jamais cette première fois ou cette année là, le juge accompagnait son athlète du tunnel jusqu’au field sous la chaleur du dôme…Depuis cet instant, le judging dans le CrossFit est devenu une passion.

« Depuis cet instant, le judging dans le CrossFit est devenu une passion. »

Fabien : Pour ma part, je venais de me faire larguer (rires) et j’avais plutôt des week-ends libres ! J’ai vu traîner une publication Facebook des Alsace Throwdown 2017 signifiant qu’ils avaient besoin de volontaires. J’ai un très bon pote qui habite en Alsace, je me suis dit que ça ferait un week-end sympa ! Je n’ai jamais décroché !
Benoit : CF-L1 Trainer, ça me semblait une des suites logiques. C’est une autre manière de participer à l’event, moins fatigante physiquement mais beaucoup plus fatigante nerveusement.

image5_1

Quelle est votre expérience en la matière ?

Fabien : On va commencer par le plus lourd, hein… Stéphan ?
Stéphan : (rires) Depuis que j’ai commencé aux French Throwdown 2015, je ne me suis pas arrêté en passant par les Affiliates Battle, les Lowlands Throwdown, les Alpha Games, les Swiss Alpine Battle, les Wodapalooza Miami, et pour finir j’ai eu la chance de juger aux Regionals à trois reprises (2 fois à Madrid et une fois à Berlin) et enfin l’opportunité de partir juger aux Reebok CrossFit Games 2018 à Madison cette année. Quelque soit l’event, je continue à apprendre et j’adore ça !
Benoit : Quelques events cette année en fonction du temps libre, avec la plus mémorable : mes 1er French Throwdown et les WZA avec les équipes françaises à Miami dans un superbe cadre.
Fabien : Une quinzaine de compétitions depuis 1 an… Les plus grosses sont éparpillées en France et en Europe : Alpha Games à Nice, Lowlands Throwdown aux Pays Bas, German Throwdown en Allemagne, The European Championship en Angleterre, The French Throwdown à Paris !

image3_1
Quel est votre meilleur souvenir en tant que juge ?  

Benoit : Honnêtement, sans faire du politiquement correct, c’est pas mon style, mais à chaque event, c’est toujours de très bons souvenirs, et que ce soit la finale d’une grosse compétition européenne, à l’event plus local, voir les athlètes qui donnent tout reste le meilleur souvenir.
Stéphan : C’est dur de choisir, je rejoins Benoit chaque compétition a son lot de meilleurs souvenirs. Si je devais choisir, je prendrai cette année aux Europe Regionals à Berlin, j’ai jugé Sara Sigmundsdottir aux squat clean lors du Linda. Elle gagne l’event dans une ambiance de folie. Pour ma part, la meilleure récompense pour un juge reste les remerciements d’un athlète pour la qualité de ton travail.
Fabien : Si je ne le cite pas, il ne s’en remettra jamais… Pierre Theisse, finale des Alsace Throwdown 2017, qui déboule habillé n’importe comment et maquillé comme un comanche !
Mais en réalité : Lowlands Throwdown 2018, jour numéro 2, ligne numéro 8, où j’ai passé ma journée à juger Laura Horvath (entre autres). Tout simplement stratosphérique !

« Nous ressentions l’envie d’harmoniser les messages et les judging »

Pourquoi avoir choisi le nom de The French Dudes ? 

Fabien : L’anecdote complète ?! En janvier 2018, Stephan et moi jugions sur une compétition à Colchester, en Angleterre : The European Championship. Nous n’avions pas d’hôtel, ni de logement jusqu’à ce qu’une âme charitable (Coucou Claire !) nous propose de dormir chez elle.
Sur le chemin de la gare à l’appartement, on a abordé le sujet de l’association, on était d’accord tous les 2, Stéphan ne voyait qu’une autre personne pour se joindre à ce projet : Ben.
Et au cours d’une de nos multiples conversations, Claire a utilisé plusieurs fois le terme « French dudes » pour nous qualifier Stéphan et moi.
Lorsqu’il a été question de trouver un nom à l’association, c’était une évidence pour moi que nous devions prendre ce nom !

image10_1
Tout le monde peut-il devenir un French Dude ?

Benoit : Oui bien sûr, tout le monde, qu’il veuille devenir juge, ou qu’il le soit déjà peut être membre. La seule condition est la même que pour rentrer dans une box, « Always Smile ».
En réalité, nous sommes une association en loi de 1901.
Pour devenir membre, il suffira de régler une cotisation annuelle dont le montant reste encore à déterminer. On souhaite proposer une dotation d’entrée dans l’association, donc on est en discussion avec plusieurs marques pour voir ce qu’il est possible de proposer.
Nous voulons vraiment nous entourer de juges de qualité et accompagner tout le monde.
On a déjà pleins d’idée sans pour autant réinventer les standards ou se prétendre CrossFit.
Le CrossFit Online Judge Course sera le pré-requis obligatoire mais il sera commenté, détaillé et expliqué.
C’est un peu comme chez le clown, venez comme vous êtes…

Crédit photos : Pics and Burpees

33838567_2008730482725513_2705758963311312896_n.jpgRetrouvez The French Dudes sur leur page Facebook : https://www.facebook.com/thefrenchdudes/

fbinsta

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s